A Montpellier, une équipe de réanimation de l’hôpital a du cœur !

Pas de doute. L’ équipe de réanimation de l’hôpital Lapeyronie de Montpellier a du cœur !
Comme  leur patient, ils ont su garder leur sang-froid.

Explications de cette prouesse médicale qui me donne l’occasion de vous parler de l’université de médecine de Montpellier ci-dessous.

Expressions  et vocabulaire:

avoir du cœur : être bon
garder son sang-froid : rester calme, se maîtriser
Au sens premier, on peut dire que le patient avait le sang froid  ou presque puisque la température de son corps est descendu à 22° . Au sens figuré, garder son sang-froid, c’est ne pas s’énerver, rester calme.

A l’inverse, certaines personnes  perdent leur sang-froid , cela signifie qu’elles s’énervent.
Exemple : lorsque l’automobiliste est sorti de sa voiture accidentée, il avait perdu son sang-froid et  il était furieux .

Un patient, c’est une  personne malade : on ne parle pas de  client pour un médecin mais de patient.
Etre patient, c’est savoir attendre calmement.

L’histoire :

L’homme  est véritablement revenu à la vie après que son cœur ait cessé de battre pendant dix-huit heures.

Tout commence le 12 mars, lorsque cet homme de 53 ans est attendu à son domicile et n’y  réapparait pas.   Ses proches le retrouvent au bord de la rivière, inconscient, en arrêt cardiaque et en hypothermie. Transporté à l’hôpital de Béziers, il reçoit pendant le trajet un massage cardiaque de plusieurs heures. Ensuite, les médecins vont continuer le massage cardiaque en pensant que l’hypothermie empêchait le cœur de repartir. Il fallait donc réchauffer la victime et le patient est héliporté à l’hôpital de Lapeyronie. Le cœur ne bat toujours pas et les machines prennent le relais tandis que le système de circulation extra-corporelle maintient les fonctions vitales de la victime. Et puis le cœur recommence à battre timidement et pendant deux jours, l’assistance est maintenue, le temps que le cœur retrouve un rythme correct.

Le  patient reprend encore des forces mais il semble recouvrer toutes ses facultés.
Son cas fera l’objet d’une publication dans une revue internationale car il est exceptionnel.

Ainsi Montpellier, dont la Faculté du médecine fit la renommée dès le 12e siècle , fait de nouveau parler d’elle aujourd’hui et toujours notamment grâce à Lapeyronie !

Si vous visitez Montpellier, une visite dans l’ancienne université de médecine est indispensable. Vous y apprendrez beaucoup de choses sur d’illustres médecins des temps passés.

Lapeyronie fut le premier chirurgien et confident du roi Louis XV. Aujourd’hui on peut admirer sa statut de bronze ainsi que celle de Barthez, un autre médecin et encyclopédiste de Montpellier  devant  l’ancienne université de médecine, un ancien monastère bénédictin à deux pas de la cathédrale St Pierre.
Aujourd’hui encore le nom de Lapeyronie résonne puisque c’est dans cet hôpital spécialisé notamment dans la chirurgie cardio-thoracique qu’a été soigné le patient miraculé.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu